Lettre à Notre Dame de Paris. Notre histoire.

“Tout ce qui est mort comme fait, est vivant comme enseignement” écrivait Victor Hugo dans son oeuvre Notre Dame de Paris. Mon cœur est lourd comme tous les parisiens, les français, chaque humain. Je ne pensais pas qu’après de si longues années debout, en 2019, elle brûlerait. J’ai suivi les images à la télé. Une larme a coulé le long de ma joue au moment où le clocher s’est écroulé. Plus qu’un monument, plus qu’une bâtisse, c’est notre patrimoine, notre passé, notre art, notre patrie qui ont été touchés. Ce bâtiment sacré si emblématique et impressionnant. 200 ans de construction, un savoir-faire incroyable.

C’est le cœur de la France et le rayonnement de notre pays à travers le monde qui ont brûlé. Nous allons reconstruire, nous allons nous unir mais certaines personnes ne reverront pas cette maison. En effet, ma grand-mère, qui a 84 ans, m’a appelé dans la soirée pour savoir comment j’allais après avoir découvert l’événement. Elle m’a dit qu’elle et mon grand-père ne reverrait peut-être jamais la cathédrale de Notre Dame de Paris. Et ça m’a fait froid dans le dos. Ça m’a mis face à la réalité. La vie passe, la mort nous suit.

Je l’ai senti tellement touchée et triste, je me suis rendue compte que je n’y étais jamais allée avec eux, que je n’y étais pas retournée depuis mon plus jeune âge. Notre Dame pour laquelle je ne m’inquiétais pas tellement car elle était restée debout tant d’années, traversant les évènements tragiques. J’étais allée faire des photos des cerisiers il y a 2 ans mais je n’étais pas rentrée à l’intérieur. Et puis, j’ai dit à ma grand-mère qu’on ne profitait pas assez de la vie, de notre pays. Qu’on courrait tous après le temps. En effet, nos journées se déroulent à 100 à l’heure. En effet, nous ne faisons pas attention au temps qui passe. Et hier soir ça m’a fait un choc. 

Notre Dame de Paris qui a brûlé. Le lieu mythique de Paris, de la France. A croire qu’une malédiction s’abat sur notre pays. Désormais il va falloir se relever. Que nous soyons solidaires. Que nous fassions tous un geste pour reconstruire notre patrimoine et avancer dans le présent avec notre passé. 

Il faut surtout que nous profitions de la vie et que nous prenions conscience de notre chance, de la richesse de notre pays. Merci aux pompiers de Paris, aux forces de l’ordre qui agissent depuis hier soir et qui ont permis que cette grande dame reste debout.

J’aime mon Paris, j’aime ma France.

#notredame #paris #victorhugo #france

signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »